- Accueil -            Retour  Contact  Actualités  Liens 
 
 
La forêt alpine thème par thème. 
 
 
Habitat, bois construction
 
Forêt alpine et eau
 
Materiau bois
 
Forêt et risques naturels
 
Bois énergie
 
Forêt alpine et biodiversité
 
Forêt alpine et tourisme
 
Forêt alpine et agriculture
 
Materiau bois

Du Constat aux objectifs :



En 2005, la production de sciages dans les Alpes représente 43% du total des volumes de sciages produits dans les deux régions (Source SERFOB Rhône-Alpes)

Concernant les ventes de bois ronds alpins, 200 000m3 de marché ont disparus…
L’offre de bois alpin est mono spécifique et n’offre pas de bois secs ou de composants industrialisés demandé par le marché. L’offre alpine se compose souvent de bois de charpente scié à façon, dans des dimensions non standardisées.
Depuis 1998, la demande de construction en Bois s’accroît. Elle est pourtant fragilisée par un temps de réponse qui s’allonge…entre la prise de commande et le démarrage des travaux, le temps moyen écoulé est de plus de 5 mois sur les Savoie. ( Source : enquête constructeurs maison bois en Rhône-Alpes 2002)

En 30 ans les deux régions ont constaté une perte d’entreprises de 56%. Sur les Alpes ce sont 356 entreprises qui ont disparu, particulièrement les petites scieries.
Même si 86% du volume de bois est produit par seulement 35% des entreprises (83 scieries), il faut considérer le véritable tissu industriel de proximité que représentent les 154 autres scieries du massif.


1/ Redynamiser l’industrie du sciage, un secteur indispensable au maintien de l’économie locale.

    1.1/ Cette relance serait facilitée par une meilleure cohésion de la seconde transformation avec la filière forestière et une plus grande adaptation des scieries à la valorisation du bois alpin.

    1.2/.Une priorité pour les scieries est de pouvoir s’adapter à l’évolution réglementaire et normative et donc offrir du bois séché et classé pouvant satisfaire aux exigences du marquage CE et de l’ Agrément Technique Européen (ATE : spécification technique harmonisée au sens de la directive communautaire sur les produits de la construction)


2/Organiser l’approvisionnement et la commercialisation :

    L’approvisionnement des scieries demeure un handicap majeur.

    2.1/ Les forestiers doivent s’organiser pour proposer des produits triés, adaptés aux besoins des scieries.
    2.2/ L’organisation des acteurs et des territoires favorisera l’évolution des modes de vente et permettra le développement de contrats : il faut également renforcer la sécurisation de l’approvisionnement par la

    création de parc de tris.
    2.3/ Il est nécessaire de promouvoir le rapprochement des producteurs (accords forêt privée / public) pour construire une offre structurée à l’échelle des Alpes ainsi qu’une réponse aux besoins du marché (contrat d’approvisionnements transfrontaliers)


3/ Optimiser les modes de récolte :


    Les Alpes renferment du bois à valoriser. Au sein des forêts publiques des trois départements nord alpins (Savoie, Haute-Savoie, Isère), la proportion de résineux de valeur inaccessible aux tracteurs forestiers s’élève à 30 % du volume total sur pied, équivalent à plus de 9 millions de m3.
    L’accroissement de la part de cette ressource inexploitée risque de compromettre la gestion durable de la forêt. (source : étude ONF 2006)

    3.1/ investir dans des équipements (desserte, câbles) pour mobiliser du bois sur ces secteurs pour l’instant inexploitables.


Perspective pour les 5 ans à venir :
Évolution du bois d’œuvre récolté dans les Alpes

  • Accroissement de 21% du volume de bois en réponse à la demande des clients de la filière.(Sur la base de l’évolution estimé des besoins à 5 ans : +21% en m3 /Source : FIBRA (enquête « état des lieux des modes de vente et des besoins en bois ronds »))

  • Des emplois qui se développent proportionnellement, soit 800 emplois créés. (Sur la base de : 300m3= 1 emplois créé (source SERFOB))


Les enjeux du séchage des bois résineux :

"Les directives européennes (marquage CE des produits bois de construction et Eurocode 5 – calculs de structure bois) vont, directement ou indirectement, renforcer l’obligation d’emploi de bois secs dans la construction.
Les scieurs de résineux doivent se préparer à combler leur retard. En Rhône-Alpes, moins de 2,5% de la production de sciages résineux est séché alors que les besoins estimés sont de 8 à 10 fois plus importants (enquête Fibra 2005).
Devant l’inadaptation de l’offre, les artisans et entreprises de la 2è transformation (constructeurs, charpentiers, menuisiers…) se tournent vers les bois d’importation (Allemagne, bois du Nord…) qui voient leurs parts augmenter.
Le séchage est donc une priorité pour conserver et reprendre des parts de marché :
- Le séchage améliore la qualité du produit et le valorise : indispensable pour le rabotage et le collage, évite une majorité des litiges sur les chantiers, réduit le poids.
- Le séchage est un avantage commercial que l’on se doit d’offrir à ses clients
Les scieurs étrangers ont bien compris ces atouts, pas suffisamment d’entreprises chez nous.
Les scieurs doivent donc mettre en œuvre le séchage et trouver l’équipement adapté à leur problématique, individuellement ou collectivement."
Fibra, le 11/04/06