- Accueil -            Retour  Contact  Actualités  Liens 
 
 
Un projet pour une forêt moderne et durable ! 
 
 
L'enjeu, les objectifs d'un projet forestier pour les Alpes.
 
Les documents et l'explication de sa construction
 
Un projet pour une forêt moderne et durable !
 
Forêt alpine et politiques de développement.
 
La forêt alpine thème par thème.
 
 

Le Schéma Stratégique Forestier du massif des Alpes propose une démarche de concertation avec les acteurs du territoire qui définissent ensemble un projet pour la forêt alpine répondant :

- en même temps aux préoccupations actuelles de la société en terme de gestion durable, de diminution de l’effet de serre, de gestion des risques naturels, d’espaces et espèces à préserver, de demande de produits de qualité, de recherche d’énergies renouvelables …

- et aux enjeux du secteur concernant le développement de l’exploitation des bois en zone de montagne, le vieillissement des peuplements forestiers, la baisse significative des emplois dans la filière amont, le marché actuel ou 200 000m3 ont disparus, ce même marché ou la certification des forêts (PEFC) devient incontournable pour trouver des débouchés aux produits…


Un habitat moderne et bioclimatique :

En cohérence avec les enjeux actuels de réduction des dépenses énergétiques pour les bâtiments, le changement climatique et la nécessité de fixer durablement du carbone, l’objectif est de favoriser l’utilisation du bois dans l’habitat alpin.
Considérant la concurrence des bois étrangers, la notion de bilan carbone amélioré (carbone émis lors des transports de matériaux sur de longues distances), l’importance de préserver une dynamique et des emplois forestiers dans les Alpes, Le Schéma Stratégique Forestier du Massif des Alpes développe des propositions pour augmenter la part du bois local utilisé dans les constructions en bois.

Le matériau bois :

Sur un marché concurrentiel, face à une demande évolutive concernant les produits forestiers, les bois alpins doivent trouver leur place sur le marché. Redynamiser l’industrie du sciage dans les Alpes, développer de nouveaux modes de commercialisation, des contrats pour assurer l’approvisionnement, et positionner une offre structurée et identifiée… sont des actions définies comme prioritaires par le Schéma Stratégique.
- le redéploiement d’une activité économique et
- le maintien d’une activité rurale, garantissant le développement durable de ce territoire
il s’agit d’identifier les ressources par territoire et par essence en les caractérisant selon les normes de qualité requises (classement par résistance mécanique des bois ronds).

Le bois, énergie d’avenir :

Considérant les enjeux mondiaux autour des énergies fossiles, les objectifs européens sur l’utilisation des énergies renouvelables… le bois énergie constituera rapidement une des clés de la filière forestière alpine. Il est question de rassembler les acteurs pour structurer l’approvisionnement, organiser une offre de combustible, développer l’utilisation du bois énergie par les particuliers, les collectivités, les centres touristiques situés dans les Alpes…

La forêt et le tourisme :

Le massif des Alpes est un enjeu touristique fort pour Provence-Alpes-Côte-D’azur et Rhône Alpes sont les deux premières régions françaises en terme de produit financier de la taxe de séjour.
La première richesse des Alpes est le tourisme. La forêt alpine fait partie intégrante des paysages (42% d’occupation du sol) et contribue ainsi à l’attractivité touristique du massif.
la forêt doit jouer « collectif » avec le reste du territoire : le schéma stratégique forestier propose de favoriser les partenariats avec les acteurs du tourisme (des liens à développés avec les stations de ski, avec les centres d’information touristiques…) avec les zones urbaines (participation à l’entretien d’un cadre récréatif, adapté pour les loisirs…), aider la professionnalisation des métiers du tourisme en forêt (accompagnement des porteurs de projets…), organiser la communication autour des conflits d’usages entre Travaux forestiers / Tourisme d’été…

Rôle des forêts dans la gestion de l’eau :

En montagne, le rôle des forêts dans la gestion de l’eau est un enjeux fort : le facteur « pente » caractérise les Alpes par : un grand nombre d’ouvrages hydroélectriques, de retenues d’eau, des risques liés à l’érosion sur les bassins versants, des embâcles et des transferts sédimentaires qui ont un impact direct en aval, une ressource en eau souvent de qualité, qu’il faut préserver, disponible par simple gravitation. Considérant toutes ces spécificités, la forêt de versant rend 2 grands types de services : la forêt alpine diminue des risques naturels liés à l’eau (ruissellement et érosion embâcles dans les cours d’eaux et risques d’inondation) et participe à la qualité de l’eau potable : la forêt, un couvert protecteur stratégique ! Dans le cadre du Schéma, il s’agit d’assurer une véritable place de la forêt dans les outils de la gestion de l’eau en place sur le massif des Alpes et de favoriser le rapprochement des acteurs de l’eau et de la forêt sur des projets d’aménagement à l’échelle des territoires organisés (intercommunalité, Chartes Forestières de territoires…)

La forêt alpine une prévention contre les risques naturels :

Considérant les risques naturels : avalanches, mouvements de terrains érosion… la forêt de montagne joue un rôle majeur (pour les risques d’incendie également).
Entretenir la forêt de montagne répond à un rôle de protection. En montagne, l’abandon de la gestion des forêts compte tenu de l’évolution défavorable des cours du bois conduit à des effets négatifs (embâcles) et une moindre protection (stabilité, pérennité des peuplements forestiers).
Considérant les difficultés de rentabilité commerciales sur certaines zones à enjeux, il y a un besoin de « re-définir » des méthodes de gestion adaptées : une gestion de la forêt en tant qu’ouvrage de protection pour que la forêt de montagne continue à jouer son rôle. Pour cela, il faut soutenir la recherche de nouvelles techniques pour une sylviculture plus adaptée et économe et Intégrer le facteur forêt dans la politique de prévention des risques mise en œuvre par l’état et les collectivités.

La forêt Alpine, un réservoir de biodiversité :

La richesse du patrimoine naturel du massif des Alpes est un atout extraordinaire où la forêt est une composante importante, comme en témoigne sa place dans le réseau des espaces protégés (Parcs naturels nationaux et régionaux, Réserves naturelles nationales et régionales, Réserves biologiques en forêt publique, Espaces naturels sensibles…). Cette valeur environnementale de la forêt alpine est attestée mais elle doit être envisagée dans un contexte économique où le bois ne peut plus payer le reste de la forêt.
Le Schéma Stratégique Forestier du Massif des Alpes saisie la biodiversité comme une opportunités pour rénover la politique forestière : favoriser l’émergence de volets environnementaux dans les politiques territoriales (communiquer, développer des projets sur des territoires pilotes…) et développer des propositions pour rétribuer le service rendu par la sylviculture en matière de biodiversité.
Dans les Alpes : 125 sites sont proposés pour le réseau Natura 2000 : 255 000 ha de forêts sont concernés et offrent une opportunité de rémunérer une gestion forestière en faveur de la Biodiversité !

Aussi, la demande en bois certifié se développe rapidement en réponse au marché. Les surfaces forestières certifiées « gérées durablement » dans les Alpes ne permettent pas de répondre à la demande. Les producteurs, ont besoin d’un accompagnement pour s’inscrire durablement dans une gestion intégrant pleinement la biodiversité : élément central du développement durable.

Les liens forêt et agriculture:
En terme d’aménagement du territoire, d’approche paysagère, les espaces agricoles, forestiers et naturels sont souvent perçus comme une seule et même entité. Les agriculteurs ont de longue date joué un rôle important dans l’entretien de la forêt par une exploitation régulière notamment pour le bois de chauffage. Ce rôle s’est amoindri aujourd’hui, les agriculteurs restent cependant des acteurs importants de l’espace rural : La surface couverte par les espaces naturels et agricoles représente 70-80% du territoire alpin.
Il est question de relancer les interactions entre agriculture et forêt, organiser une gestion globale et concertée concernant la desserte de ces zones (pistes multi-usages), les pâturages boisés (développer des alternatives à l'envahissement des friches et au développement de la forêt.)
Le Schéma Stratégique Forestier du Massif des Alpes prévoit la mise en place de liens entre les sites pilotes d’agriculture durable et les chartes forestières de territoire : deux outils « pilotes » à mettre en réseau, d’encourager et soutenir la double activité (agriculteurs forestiers), d’associer les agriculteurs comme producteurs locaux de bois énergie (entretient des haies, des zones boisées exploitées par les agriculteurs)