- Accueil -            Retour  Contact  Actualités  Liens 
 
 
Un réseau de bâtiments-pilotes en Bois des Alpes 
 
 
Une base de données des constructions bois dans les Alpes
 
Galerie des Projets
 
Restitution des analyses du réseau de bâtiments
 
Acteurs
 
Avancement alpin
 
Restitution des analyses du réseau de bâtiments

La filière forêt bois est porteuse de gains en termes de valorisation des ressources et de développement de nouveaux marchés. La construction bois et l’usage du bois dans la construction, ne cessent de croître. Paradoxalement, la matière première est essentiellement importée, le marché du bâtiment valorisant le bois local, encore faible. La sous évaluation du potentiel de la ressource, un a priori financier défavorable en sont souvent les causes. Pourtant de nouvelles synergies autour de la ressource se créent, les massifs forestiers se mobilisent, les outils financiers se déploient, les volontés politiques s’affirment.
La certification Bois des Alpes constitue à ce titre un exemple tangible, porteur de sens pour le marché et l’économie du massif alpin français. L’étude menée par le réseau des bâtiments pilotes construits en Bois des Alpes lève le voile sur la faisabilité de construire de manière optimale avec du bois certifié Bois des Alpes.



La synthèse des travaux présentée lors du colloque en février dernier, à Alixan dans la Drôme, devant une large assemblée d’acteurs impliqués au premier chef, avait pour objectif de restituer les principaux enseignements issus de l’analyse des bâtiments construits en Bois des Alpes et sur lesquels les acteurs vont désormais pouvoir s’appuyer pour faire émerger leurs projets de construction.
Ainsi, analyses économique et technique, résultats concrets et ciblés, partage des enseignements, témoignages des entreprises, des maîtres d’ouvrage et des prescripteurs apportent un éclairage sur la traduction opérationnelle de la certification Bois des Alpes.




UNE DÉMARCHE DYNAMIQUE ET CONSTRUCTIVE

La certification Bois des Alpes, bras armé du Schéma interrégional de massif porté par le Comité du Massif des Alpes a globalement pour objectif d’accroitre l’offre de bois d’œuvre local transformé en Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur dans un périmètre défini.

Cette stratégie de valorisation de la ressource bois à l’échelle du massif est cohérente avec les préoccupations environnementales et plus particulièrement la préservation des milieux naturels de montagne, le développement d'un habitat exemplaire (avec entre autres, le programme de rénovation des bâtiments en stations pour améliorer leur performance énergétique en utilisant un matériau à faible impact carbone), la volonté de développer des stratégies de sensibilisation.

La certification Bois des Alpes est une démarche de qualité de produits et de services. Construite de façon concertée avec les institutionnels et les acteurs de la filière, elle repose sur un référentiel technique. Elle dote les collectivités d’un outil approprié à leurs projets de construction en bois local, garantissant à 100% la traçabilité des bois, la gestion durable des forêts de provenance et les caractéristiques techniques.
Si les avantages immédiats sont d’ordre économique apportant dynamisme et vitalité au territoire de montagne (structuration de la filière, création de circuits courts et par conséquent développement d’emplois de proximité non délocalisables), la démarche Bois des Alpes n’en est pas moins un prodigieux levier de développement durable à destination des collectivités territoriales mais aussi du grand public.


UNE APPROCHE MÉTHODOLOGIQUE RIGOUREUSE

Le réseau des bâtiments pilotes en Bois des Alpes, animé par les Communes forestières Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur a, dans un premier temps, capitalisé l’expérience des premières opérations ; ensuite, afin de positionner son étude, le réseau a engagé un comparatif avec l’étude menée en 2012 par le CNDB sur des constructions bois, sans considération de provenance.

Les enseignements émanent de deux analyses, économique et technique, effectuées sur un panel de 22 bâtiments pilotes construits ou programmés entre 2012 et 2014. Actuellement le réseau compte 34 constructions en Bois des Alpes, sorties de terre ou en émergence.

L’analyse technique conjugue un double intérêt : établir les conditions optimales de réalisation d’un projet construit en Bois des Alpes ; positionner l’offre du bois certifié dans un contexte global de marché pour la faire évoluer.

Chaque bâtiment a été analysé qualitativement et quantitativement, à chaque phase du projet, de la programmation à la réalisation finale. Ainsi, selon leur degré d’avancement au moment de l’étude et la disponibilité des données, entre 16 et 22 bâtiments ont été passés au crible.

Les Communes forestières Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur ont piloté ces analyses avec l’aide d’un bureau d’études bois. Grand nombre des parties prenantes des projets étudiés se sont agrégés au comité technique : les entreprises pour témoigner de leur savoir-faire, les maîtres d’œuvre et maîtres d’ouvrage pour capitaliser les expériences et transmettre les connaissances.

La grille d’analyse combine les critères objectifs (volume, essence, système constructif, coût par m3) à d’autres critères (typologies acteurs, maitrises d’ouvrage). De fait, les éléments restitués sont chiffrés et/ou déclaratifs.

L’objectif des études qualitatives ont été d’étudier le plus précisément possible les comportements et les motivations du groupe.




L’analyse économique a eu pour objectif d’appréhender les conditions économiques de l’utilisation du Bois des Alpes dans les constructions.
Les critères de coût global, coût par m², d’échelles, ont été retenus. Treize bâtiments construits avec du Bois des Alpes ont été pris en compte dans l’analyse de janvier 2015 : ceux pour lesquels le réseau disposait d’éléments économiques détaillés sur l’ensemble des lots.



DES RÉSULTATS PROBANTS

Les résultats fournis par l’analyse économique bouleversent quelque peu les idées reçues. Ces données sont utiles à tous préalables constructifs :

  • Le coût moyen de la ligne structure/charpente/isolation est concurrentiel lorsque le bâtiment intègre du Bois des Alpes.
  • Augmenter la proportion de bois dans la structure du bâtiment permet de faire baisser le coût global de ce bâtiment. Plus il y a de Bois des Alpes en proportion dans la structure, moins les bâtiments sont coûteux au m2.
  • Le poste maçonnerie peut impacter fortement le coût global du bâtiment.
  • Le chiffre d’affaires potentiel des marchés de la menuiserie-bardage est important et stable. Ces lots représentent environ 10% du coût global des bâtiments. Les objectifs de performance thermique et énergétique (RT 2012 …) sont une opportunité pour développer le marché Bois des Alpes.




Pour la partie technique, chaque phase projet traduit ses propres enseignements.



Phase de programmation

  • Actionner le levier Bois des Alpes le plus en amont possible augmente l’efficacité de la mise en œuvre des bois locaux.
  • La certification garantissant l’origine des bois et sa transformation en circuit court, est pour la maitrise d’ouvrage un point d’exigence équivalent à celui de la performance énergétique.

Phase de conception

  • Les projets démontrent une adaptabilité de la maitrise d’œuvre pour utiliser au mieux le Bois des Alpes même si la prescription initiale flèche un produit d’importation.
  • Le recours aux bureaux d’études bois permet une meilleure adéquation entre choix architecturaux, choix techniques et ressource locale.
  • L’offre Bois des Alpes (ressource locale et savoir-faire des entreprises certifiées) s’adapte à tous les systèmes constructifs, du produit classique comme le bois massif, au produit industrialisé comme le lamellé collé ou le contre collé.
  • Les entreprises certifiées ne sont pas pour le moment équipées pour répondre aux besoins de menuiseries industrialisées (carrelets, triplis).




Phase de mise en œuvre

  • L’accompagnement de Bois des Alpes au projet doit être maintenu pour faciliter l’insertion optimale du bois certifié.
  • Les délais très serrés des commandes obligent les scieurs à travailler en flux très tendus (délais incompressibles de sciage et séchage) ; ouvrir à une standardisation des produits Bois des Alpes, constituer des stocks, peuvent devenir des alternatives intéressantes.
  • L’effort sur le développement de l’offre en parement de mélèze doit être poursuivie ; bien que l’essence soit très prisée pour une utilisation en bardage, l’offre encore timide devient de plus en plus concurrentielle.
  • Le prescripteur peut devenir un levier dans la démarche de qualification mécanique des bois.
  • Les entreprises certifiées bénéficient de tout le savoir-faire nécessaire pour mettre en œuvre la ressource locale.
  • Le besoin de travailler au déploiement en milieu urbain a été souligné.


PERSPECTIVE


Cette étude va au-delà des arguments qui confirment l’adaptabilité de Bois des Alpes au marché, aux exigences environnementale et humaine (ressource alpine adaptée à la construction contemporaine, dynamique d’entreprises, positionnement économique, solution juridique conforme aux marchés publics).
Elle met en évidence les points critiques qui doivent cristalliser l’attention de toute la filière (forêt, 1ère et 2e transformation), pour permettre de prioriser les investissements des entreprises, leur donner des pistes pour gagner en compétitivité.
Et si ces résultats attestent de la montée en puissance de Bois des Alpes et de son aptitude à se déployer à grande échelle, le point d’orgue de ce retour d’expérience, n’est-il pas l’appropriation de la démarche Bois des Alpes par un nombre grandissant d’acteurs, qui font le choix de soutenir la ressource locale pour développer harmonieusement leur territoire




TÉLÉCHARGER LE DOSSIER D'ANALYSE